Accueil » QU’EST-CE QUE LE DIY ?

QU’EST-CE QUE LE DIY ?

L’E-LIQUIDE DIY OU « DO IT YOURSELF »

Le monde des fumeurs est aujourd’hui à l’ère de la cigarette électronique. Cette nouvelle technologie commence à se poser comme véritable alternative de remplacement à la cigarette traditionnelle. Nous savons la multitude de gamme et de variétés de cigarettes à tabac présentent actuellement sur le marché. C’est donc un défi pour l’e-cig de créer un panel aussi large que celui-ci.

Mais le véritable point déterminant de cette nouvelle technologie réside bien dans son           e-liquide. Plusieurs adaptations peuvent être effectuées sur ce e-liquide qui fournit la saveur et en cas de besoin la nicotine délivrée par l’e-cigarette. C’est sur cette idée que s’est donc basée une entreprise du monde de la vape afin de commercialiser l’e-liquide DIY.

Le DIY est par définition le fait de composer son e-liquide par soi-même comme il l’est dit en anglais « Do It Yourself » soit en français, fais-le toi-même. Nous pourrons dans ce cas produire notre propre e-liquide à base d’ingrédients spécialement conçus pour la vape. Cela donnera une certaine aisance au vapoteur dans son choix de liquide.

Malgré la multitude d’e-liquides présente actuellement sur le marché, le DIY constituera un plus dans l’optique où le vapoteur composera lui-même tous les ingrédients qu’il souhaite faire contenir dans son e-liquide. Ces composants sont bien-sûrs les mêmes que ceux qu’on retrouve dans les autres e-liquides, mais ici il ne sera juste question que d’adapter ce liquide à la guise du vapoteur.

A QUEL TYPE DE VAPOTEUR S’ADRESSE LE DIY ?

Si vous avez une consommation de seulement 10 ml par semaine et que l’idée de faire vous-même votre e-liquide et y passer du temps à le concocter, l’e-liquide « faites-le vous-même » n’est pas fait pour vous. Comme nous avons pu le préciser, sur le marché de la vape il existe déjà un énorme choix d’e-liquides où vous n’aurez pas tant de mal à trouver ce qu’il vous convient. Malgré la personnalisation possible sur le DIY, dans certains cas et pour certains e-liquides, ils sont quasiment impossibles à égaler vu le grand savoir-faire des entreprises. Mais aussi, le fait qu’une fabrication artisanale par DIY ne sera pas forcément égale à une fabrication industrielle.

Le DIY s’adresse aux grands consommateurs d’e-cigarettes qui débitent largement plus que 10 ml d’e-liquide par semaine et souhaitent donc avoir une grande réserve en e-liquide proportionnelle à leur budget. Car en effet, avec l’e-liquide DIY le vapoteur peut fabriquer d’un coup plusieurs litres de son mélange. Pour les personnes qui aiment faire les choses par eux-mêmes et souhaitent vapoter leur propre e-liquide fait par eux, le DIY représente une véritable aubaine pour ces consommateurs qui pourront fabriquer l’e-liquide selon leur goût.

CE QUI FAIT SON SUCCES AUPRES DES VAPOTEURS

La question vient à se poser sur la raison pour laquelle on irait soi-même produire notre liquide alors que sur le marché nous possédons déjà un panel d’e-liquides qui satisfait, du moins la plupart des vapoteurs. Nous allons donc énoncer ci-après les raisons qui ont fait que certains utilisateurs se sont mis au DIY.

Fabriquer son DIY n’est pas un casse-tête

L’e-liquide DIY est de base très simple à fabriquer, il en dépendra de votre niveau de difficulté posé lors de la réalisation de votre produit. Un e-liquide simple est celui qui contient déjà les composants de base qui le fondent tel que le propylène glycol et la glycérine végétale. Le seul choix auquel on aura à faire face est l’ajout ou non de nicotine dans ce e-liquide. Ce liquide de base auquel nous choisissons ou non d’y ajouter de la nicotine est disponible en 30, 60, 120 ml ou même plus. Il est juste à noter que pour les liquides qui contiennent de la nicotine il y a une certaine limite quant à la quantité de liquide pouvant vous être délivré, conformément aux limitations de la TPD.

La nicotine présente dans l’e-liquide est introduite grâce à un « booster » qui est une bouteille ne pouvant excéder les 10ml dosée à 20 mg/ml de nicotine. C’est de la sorte que l’on ajoute dans le liquide de base la dose souhaitée de booster pour obtenir un taux de nicotine final souhaité dans l’e-liquide. Une pratique qui relève d’une certaine précision mais avec un résultat souvent satisfaisant.

Nous allons maintenant pousser l’élaboration de notre e-liquide DIY. Nous pouvons aussi acheter un liquide avec une base neutre où nous doserons les proportions voulues de PG et de VG, on y ajoute aussi un arôme concentré et facultativement de la nicotine. Ces bases se vendent en grande quantité et donc nous pourrons concocter plusieurs litres à la fois du liquide voulu. Si l’on est méthodique nous pourrons constater un prix de revient légèrement baissé grâce à cette option simple à réaliser.

La dernière manière à laquelle nous pourrons produire notre propre e-liquide est d’acheter des arômes de qualité alimentaire et faire nous-même notre recette au lieu d’opter pour un concentré pré-fabriqué. Les points positifs de cette solution est la faculté de pouvoir réaliser vous-même votre liquide avec les arômes qui vous plaisent. Ce n’est bien-sûr pas si facile à faire que ça en a l’air. Il nécessite une certaine expérience et du temps pour trouver le mélange et les proportions adéquates pour y parvenir. Cependant, des forums comme E-liquide-recipes.com ou Lediypourlesnuls.com où l’on propose des recettes avec des mélanges pré-étudiés qui faciliteront l’adaptation à vos goûts.

Une fois votre mélange fait il faudra passer au steep, qui est la maturation de votre e-liquide. Il faut le laisser murir afin que ses arômes puissent pleinement s’exprimer.

Si vous manquez d’inspiration, des packs prêts à l’emploi vous permettent de faire rapidement vos propres mélanges pour vous initier au monde du DIY.

La directive européenne de la Tobbaco Products Directive (TPD)

La TPDest en charge de décrire communément la directive européenne sur les produits du tabac. Elle impose une contenance maximale de 10 ml pour les produits contenant de la nicotine. Les grosses bouteilles allant jusqu’à 120 ml ne sont pas possibles pour ces e-liquides nicotinés. Ce nouveau cadre réglementaire imposé par l’Union européenne a contribué à populariser la pratique du DIY chez les vapoteurs. Avec ces grandes quantités de fabrication, cela leur permettrade limiter leurs factures en matière d’e-liquide.

Des économies faites grâce au DIY

Le principal désavantage de la vapoteuse est bien le coût de son liquide. Ce dernier est normalement rechargeable hebdomadairement si l’on fait usage d’un flacon de 10 ml à environ 6 euros en moyenne, à savoir 600 euros le litre. C’est excessivement couteux pour les grands consommateurs qui ont besoin d’une quantité d’e-liquide assez conséquente mensuellement. L’e-liquide industriel s’adresse auxvapoteurs qui utilisent un tirage serré qui consomment moins de liquide où un flacon de 10 ml peut leur suffire pour la semaine. Ce qui n’est pas le cas des vapoteurs qui sont plus portés sur une inhalation directe, qui consomme beaucoup d’e-liquide, le cas où un flacon sera insuffisant.

Pour les liquides pré-faits, les grands consommateurs qui vapent énormément doivent prévoir environ 18 euros par jour pour leur besoin. Grâce au DIY leurs dépenses seront divisées par six avec un prix de 1 à 2 euros pour 10 ml. C’est une opération gagnante pour le portefeuille des grands vapoteurs.

LES PRECAUTIONS A PRENDRE

La manipulation de tels produits chimiques, en particulier pour les liquides contenant de la nicotine nécessite de se munir d’une certaine protection comme des gants et des lunettes par exemple, mais que seulement peu de gens prennent les précautions nécessaires. Vu les précautions qu’on devrait prendre pour manipuler de tels produits, il est conseillé de les tenir hors de la portée des enfants pour des questions de sécurité. La manipulation de ces produits doit se faire uniquement par des adultes.

Les arômes utilisés dans ces e-liquides représentent un axe de recherche important dans la science moderne. De telle sorte à ce qu’elle représente une version très aboutie de ce produit. Suite à des dégradations thermiques, ces arômes pourront sous certaines conditions et selon leur nature produire des aldéhydes. De ce fait, la carence d’arôme dans un e-liquide diminue les risques liés à sa manipulation. En réduisant la quantité d’arômes présente dans votre e-liquide que vous pourriez effectuer grâce au DIY cela s’avèrera comme une excellente façon d’améliorer la qualité de votre vape.

La composition des e-liquides industriels contiennent beaucoup d’additifs et d’exhausteurs qui contribuent à la toxicité du produit. Avec le DIY il est conseillé de ne pas suivre ces mêmes composants en raison de la différence qu’il y a entre une manipulation industrielle de ces produits et artisanale qui pourrait porter préjudice au manipulateur.

La vague est maintenant aux PG/VG concentrés en glycérine végétale. Si vous optez pour des bases fortement concentrées en VG assurez-vous que le clearomiseur assure une bonne alimentation de la mèche en e-liquide pour éviter les dry hits.

Enfin, veillez à acheter vos produits dans des boutiques spécialisées pour éviter d’obtenir des produits qui ne sont pas fiables et nuiront donc à votre santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.