FILTRE Cigarette électronique (153 produits)

Batterie intégrée

Nombre d'accus utilisés

Taille d'accus

Marque

Prix

9 € - 160 €

En stock

Puissance max (en W)

Rechargeable par USB

Contrôle température

Compatible Bottom Feed

Appliquer

Cigarette électronique

En quelques années, l’e-cigarette a réussi à s’imposer comme l'arternative tabagique la plus efficace. Cela s’explique essentiellement par sa capacité à reproduire la gestuelle et les sensations d’une cigarette classique. Comment se présente cet équipement ? Qu’est-ce qui le différentie du modèle ordinaire ? Comment fonctionne-t-il ? Comment s’utilise-t-il ? Quels critères devez-vous prendre en compte pour réussir son choix ? Permet-il effectivement d’arrêter avec le tabac ? Constitue-t-il un médicament ? Impacte-t-il négativement la santé ? Les non-fumeurs peuvent-ils s’en servir ? Que prévoit la législation sur l’e-cigarette ?

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

L’e-cigarette représente un petit accessoire de forme rectangulaire qui sert à vaporiser de l’e-liquide. Il délivre instantanément de la vapeur dès que vous appuyez sur son switch. Il permet de reproduire la gestuelle et de ressentir le fameux hit tant recherché par les fumeurs. La cigarette électronique constitue un indéniable outil d'aide au sevrage tabagique. Elle libère de la combustion de la nicotine et de composants toxiques. Les fabricants ont entièrement modernisé cet équipement depuis la sortie de son prototype en 2001. Ils proposent différents modèles de cet accessoire inventé par le pharmacien chinois Hon Lik. Ils fonctionnent quasiment de manière identique même si leur configuration varie. Peu importe votre profil, vous trouverez une e-cigarette susceptible de combler vos attentes.

Filtrer

Les composants d’une cigarette électronique

Cet équipement comporte deux compartiments imbriqués indispensables à son bon fonctionnement.

  • L'atomiseur désigne la partie haute d’une e-cigarette. Il comprend trois différents éléments. Le réservoir représente le contenant de l’e-liquide. Son remplissage peut intervenir par le haut ou le bas en fonction des modèles. Située au centre du clearomiseur, la résistance se compose d’un fil résistif et de mèches de coton. Ce consommable se change régulièrement. Exprimée en Ohm, sa valeur fournit une indication sur la capacité à produire de la vapeur et à restituer les saveurs. Positionné au sommet du clearomiseur, l’embout buccal ou drip-tip sert de protection aux lèvres. Il peut afficher une ouverture fine ou large. Les cigarettes électroniques disposent d’un système d’airflow qui rend l’aspiration possible.
  • La batterie représente la partie basse d’une e-cigarette. Elle stocke l’énergie qui alimente la résistance pour son chauffage. Autrefois tubulaire, elle prend de plus en plus une forme carrée avec les boxs qui garantissent une meilleure autonomie. Un « Mod » désigne une batterie non intégrée. Il s’apparente à une grosse pile retirable. Sa capacité s’exprime en mAh. Certains modèles autorisent le réglage de leur puissance pour ajuster l’intensité de la vape. Vous devez recharger régulièrement votre e-cigarette pour éviter les pannes d’énergie.

Différences entre les cigarettes électroniques et classiques

Plusieurs points permettent de distinguer ces deux accessoires.

  • Une sèche comporte du tabac dont la combustion délivre plus de 4000 substances toxiques comme le monoxyde de carbone, le goudron, l’arsenic, l’ammoniac, des benzoïques, des acétiques, etc. Tous ces éléments se retrouvent dans les poumons d’un fumeur. Quant à l’e-cigarette, son fonctionnement repose sur l’inhalation d’un e-liquide chauffé à partir du courant électrique. Celle-ci comporte du propylène glycol, de la glycérine végétale, de l’arôme et de la nicotine. La vapeur délivrée ne contient pas les éléments toxiques en raison de l’absence de combustion. Mieux, de nombreux fabricants proposent des e-liquides sans nicotine.
  • Les cigarettes classiques gènèrent des maladies graves comme les cancers et les affections respiratoires ou asthmatiques. Elles entrainent environ 75 000 décès annuellement en France. Pire, le tabagisme passif provoque aussi près de 5000 pertes en vie humaine sur la même période. Quant à l’e-cigarette, elle se révèle 95 % moins nocive que les cigarettes classiques selon le ministère de la Santé britannique. De plus, la concentration de produits toxiques et cancérigènes baisse automatiquement dans l’organisme des fumeurs qui abandonnent le tabac au profit de l’e-cigarette. Le Haut Conseil de la santé publique considère la cigarette électronique comme un véritable substitut à la consommation du tabac.
  • Les fumeurs utilisent parfais plusieurs paquets de cigarettes quotidiennement. Cela implique un budget conséquent qui peut augmenter en fonction de leur dépendance. Ils peuvent dépenser au moins 300 € mensuellement s’ils prennent 1 paquet quotidiennement. Quant aux vapoteurs, ils doivent simplement changer régulièrement la résistance de leur atomiseur et s’approvisionner en e-liquide. Peu importe leur préférence, ils investissent moins de 100 € sur une période équivalente. Ils amortissent très vite l’achat de leur e-cigarette et réalisent des économies. Ils ont aussi la possibilité de fabriquer personnellement leur e-liquide pour réduire les dépenses.

Différences entre cigarette électronique et substitut nicotinique

Ils représentent des solutions complémentaires couramment utiliser pour arrêter la consommation du tabac. Toutefois, l’e-cigarette se révèle plus performante puisqu’elle permet de reproduire la gestuelle habituelle avec des sensations assez proches du fameux hic. Bien évidemment, le vapoteur ne s’expose à aucun risque majeur. Les gros fumeurs associent généralement la cigarette électronique aux substituts nicotiniques pour optimiser leur chance d’en finir avec le tabac.

Quels sont les différents types de vapoteuse ?

Trois grandes familles de cigarettes électroniques existent.

  • Les e-cigarettes Pod représentent des modèles de nouvelle génération compacts et faciles à utiliser. De taille modeste, elles intègrent une cartouche jetable ou réutilisable qui joue à la fois le rôle de réservoir et de résistance. Elles restent très prisées par les vapoteurs débutants en raison de leur fonctionnement simple et intuitif. Les fabricants commercialisent des pods à cartouches scellées, à cartouches rechargeables et à résistances changeables. Ces e-cigarettes se révèlent d’utilisation assez facile. Aucun réglage ne s’impose. Leur discrétion et leur faible encombrement représentent également un important atout. Le remplacement aisé de cartouche permet de varier de saveurs ou de taux de nicotine sans trop vous gêner. Ces modèles garantissent des sensations proches de celles d’un fumeur. Par contre, le vapoteur va devoir gérer leur autonomie limitées et l’impossibilité d’effectuer des réglages.
  • Les e-cigarettes AIO (All-In-One) représentent des équipements tubulaires assez compacts et discrets. Elles intègrent une batterie rechargeable et un clearomiseur, amovible ou non. Leur fonctionnement n’exige pratiquement aucun paramétrage. La puissance s’ajuste automatiquement. Ces cigarettes électroniques conviennent parfaitement à tous les profils de vapoteurs. Les fabricants proposent des kits tubulaires simples, avancés et experts. Les e-cigarettes cylindriques vous encombrent très peu. Ils s’utilisent facilement et s’entretiennent sans difficulté. Leur agencement n’exige aucune connaissance spécifique. Toutefois, vous devez les recharger constamment. Certains vapoteurs prévoient carrément une batterie secours. L’absence de réglage peut devenir un inconvénient lorsque vos besoins en hit augmentent.
  • Les e-cigarettes box se démarquent des autres modèles par leur forme rectangulaire. Elles intègrent une batterie de grande capacité ou des accumulateurs. Elles permettent de fumer plus longtemps et garantissent des hits intenses. Elles autorisent de nombreux réglages qui favorisent une personnalisation de la vape. Des kits box simples, avancés et experts restent disponibles pour tous les profils. Ils demeurent très prisés par les gros vapoteurs en raison de leur autonomie importante. Ils intègrent des box et des atomiseurs dissociables. Cela permet de changer facilement l’un ou l’autre de ces accessoires. La grande variété des réglages peut vous mettre dans l’embarras. Cela exige une lecture approfondie du mode d’emploi et un temps d’adaptation. Les e-cigarettes box peuvent devenir encombrants en raison de leur taille et de leur poids.

Comment fonctionne une cigarette électronique ?

Dès que le vapoteur appuie sur le switch, les mèches de l’atomiseur acheminent de l’e-liquide jusqu’au fil résistif chauffée par l’énergie délivrée par la batterie. Cela génère de la vapeur que l’utilisateur peut aspirer. Il peut profiter d’une inhalation directe ou indirecte en fonction de la valeur de la résistance. Elle permet aussi de reproduire la gestuelle. L’e-liquide joue un rôle très important dans le fonctionnement d’une cigarette électronique. Il intègre de la nicotine qui facilite le sevrage tabagique. Quant au propylène glycol, il augmente les effets des arômes pour conférer un goût plus intéressant à la vapeur et contribue au renforcement du fameux hit. Il garantit des sensations de picotement dans la gorge assez proches de celles ressenties par les fumeurs. La glycérine végétale permet d’obtenir une vapeur plus dense tout en apportant de la douceur aux saveurs. Elle rend les e-liquides plus huileux.

Comment s’utilise une cigarette électronique ?

Quelques astuces permettent de vapoter dans les meilleures conditions. Les débutants doivent en tenir compte pour optimiser leur expérience.

  • Une bonne technique d’inhalation s’impose au risque de tousser en raison du hit trop important. Vous aspirez doucement pendant environ 3 à 4 secondes.
  • Vous devez bien amorcer chaque nouvelle résistance pour éviter la désagréable sensation de goût de brûlé dans la bouche. Concrètement, vous patientez une dizaine de minutes après le remplissage du réservoir en e-liquide. Cela permet que les mèches s’en imbibent correctement.
  • La prudence recommande de prévoir au moins deux e-cigarettes et des batteries de secours. Vous disposez ainsi d’une bonne autonomie et anticipez les situations de panne ou de dysfonctionnement. N’oubliez surtout pas que la résistance constitue un consommable. Vous devez la remplacer toutes les 2 ou 3 semaines. Changez-en systématiquement lorsque vous remarquez une altération du goût, des vapeurs moins intenses ou une saveur persistante de brûlé.
  • Une compatibilité entre la résistance et l’e-liquide utilisé optimise votre expérience de vape. Tenez-en compte pour effectuer vos différents choix. Lisez suffisamment la fiche produit de chaque article à acheter. Conformez-vous aux recommandations et respectez les conseils.
  • Une fuite peut subvenir en cas d’excédent d’e-liquide. Ne paniquez pas si vous vous retrouvez dans une telle situation. Recouvrez simplement votre clearomiseur d’un chiffon et soufflez sur le drip-tip pour évacuer facilement le surplus. Un remplacement de la résistance s’impose si le problème persiste.

Combien coûte une cigarette électronique ?

L’utilisation d’un e-cigarette permet aux fumeurs de réaliser des économies conséquentes. Les fabricants commercialisent de nombreux modèles. Les prix varient en fonction des versions et de leurs caractéristiques. Votre choix doit prendre en compte votre profil de vapoteur. Recherchez le meilleur rapport qualité-prix. Peu importe votre budget, vous trouverez une e-cigarette susceptible de combler vos attentes. Après l’achat du kit, vous devez aussi planifier le remplacement périodique des consommables. Le tarif unitaire des résistances oscille entre 1 et 5 €. Vous devez les changer tous les 2 à 3 semaines. Le coût d’un flacon d’e-liquide dépend de la qualité du produit et de sa contenance. Prévoyez entre 3 et 7 € pour les articles de 10 ml. Avec une consommation d’un paquet de cigarettes quotidiennement, vous pouvez utiliser environ une dizaine de flacons mensuellement. Cela reviendrait à moins de 100 €. Vous économisez donc de belles sommes d’argent puisque vous dépensiez 300 € pour acquérir les 30 paquets de cigarettes classiques. Cela vous permet d’amortir rapidement le montant investi pour l’achat du kit. Avec un peu d’expérience, vous pourrez même produire personnellement vos e-liquides pour réduire davantage les frais périodiques.

Comment choisir votre cigarette électronique ?

Les fabricants commercialisent une large gamme d’e-cigarettes de caractéristiques différentes. Vous devez absolument identifier un modèle susceptible de combler vos attentes pour éviter les surprises désagréables. Bien évidemment, vous décidez en fonction du budget dont vous disposez. Mais, le profil de l’utilisateur demeure le critère le plus important.

Quelle cigarette électronique pour un débutant ?

Vos choix dépendront de votre consommation quotidienne de cigarettes. Trois types de fumeurs existent.

  • Les petits fumeurs prennent moins de 10 cigarettes dans une journée. Ils doivent privilégier une e-cigarette simple comme comme vapoteuses pods ou tubes.
  • Les fumeurs modérés peuvent atteindre 20 sèches par jour. Les modèles performants avec une bonne autonomie peuvent combler leurs attentes. Les kits pods et tubes avancés leur conviendraient.
  • Les gros fumeurs dépassent 20 mégots en 24 heures. Dans ce cas, les e-cigarettes box se révèlent beaucoup plus pratiques. Ils ne se déchargent pas rapidement.

Les vapoteurs débutants désireux de générer beaucoup de vapeur doivent opter pour un équipement avec une box puissante. La valeur de la résistance doit aussi se situer en dessous de 0,50 ohm pour favoriser une inhalation directe. Ils devront également utiliser un e-liquide avec un taux élevé de glycérine végétale et une proposition de nicotine inférieure à 6 mg/ml. Une forte délivrance nicotinique peut entrainer une irritation désagréable au niveau de la gorge. Plusieurs critères permettent aux débutants d’identifier facilement l’e-cigarette susceptible de combler leurs attentes.

  • Le format représente un facteur important. Les modèles pods et tubes impressionnent par leur compacité et leur discrétion tandis que les box peuvent se révéler encombrants. N’oubliez pas que vous avez la possibilité de prévoir une cigarette électronique de secours.
  • La prise en compte de l’autonomie s’impose également. Un kit de moins de 1500 mAh peut combler les attentes des petits fumeurs. Optez pour une batterie de 2500 mAh si vous atteignez 20 cigarettes par jour. Au-delà de cette consommation, privilégiez plutôt un modèle de plus 2500 mAh. Vous avez la possibilité de prévoir des accus pour éviter les pannes d’énergie. Utilisez-les avec précaution pour ne pas vous exposer à des dangers.
  • La prise en compte de la valeur de la résistance permet d’obtenir les sensations recherchées Vous profitez d’une vape douce en inhalation indirecte avec un kit de plus 1 Ohm. Pour une vape polyvalente en inhalation directe ou indirecte, optez plutôt pour une cigarette électronique dont la valeur de la résistante oscille entre 0,5 et 1 Ohm. En dessous de 0,5 ohm, une e-cigarette délivre une vapeur puissante en inhalation directe. Un nombre grandissant de fabricants prévoient désormais deux résistances dans leurs kits.
  • La contenance du clearomiseur représente aussi un critère pertinent. Les petits fumeurs se contentent des kits standards de 2 à 3 ml. Quant aux gros fumeurs, ils doivent privilégier les modèles avec une capacité supérieure pour éviter les remplissages récurrents.

Quel e-liquide pour un débutant ?

Vous devez prendre en compte votre profil de fumeur pour effectuer de bons choix. Le nombre de cigarettes fumés quotidiennement reflète votre dépendance à la nicotine.

  • Les e-liquides de 16 et 18 mg/ml de nicotine peuvent combler les attentes des gros fumeurs. Ils ressentiront très peu les sensations de manque liées à l’arrêt du tabac.
  • Les fumeurs modérés peuvent s’orienter vers les e-liquides dosés entre 11 et 12 mg/ml de nicotine.
  • Quant aux fumeurs occasionnels, les e-liquides de 6 mg/ml suffisent pour les satisfaire.

Prenez en compte votre goût pour réussir votre choix. Une large gamme d’articles classic, fruités, gourmands ou mentholés reste disponible.Prévoyez aussi les consommables comme la résistance. Mettez également en place une réserve d’e-liquides et une batterie de secours. Parfois, vous avez aussi besoin des accessoires comme un chargeur USB et un accu.

Quelle cigarette électronique pour un vapoteur confirmé ?

Un tel utilisateur connaît déjà ses attentes et ses exigences. Cela devrait l’aider à effectuer facilement un excellent choix. Bien évidemment, il devra prendre en compte son profil.

  • Ils doivent privilégier des kits simples s’ils cherchent à se procurer une deuxième e-cigarette d’appoint. Ils peuvent opter pour un modèle pod ou tube si leur consommation n’excède pas une vingtaine de cigarettes quotidiennement. Au-delà de cette limite, ils doivent privilégier une cigarette électronique box. Elle garantit une plus grande autonomie. Elle affiche des accessoires de réglages qui permettent d’améliorer ses performances.
  • Les vapoteurs expérimentés cherchent généralement des kits plus autonomes. Ils préfèrent souvent les modèles reconstructibles qu’ils pourront démontrer et agencer personnellement. De nombreux équipements pod, tube et box peuvent combler leurs attentes. Pour éviter les pannes d’énergie, ils peuvent acquérir une e-cigarette susceptible d’embarquer des accus. Cela leur garantit une autonomie illimitée. Certaines cigarettes électroniques permettent également de délivrer beaucoup plus de vapeur.
  • Les gros vapoteurs doivent privilégier les kits experts des modèles pod, tube ou box. Ils restent disponibles en version simple ou haut de gamme. Ils intègrent un atomiseur reconstructible. Des guides appropriés existent pour apprendre à les manipuler.

Pourquoi choisir une cigarette électronique pour arrêter de fumer ?

L’e-cigarette constitue un outil d’aide au sevrage nicotinique très prisé en raison de ses multiples avantages. Vous ne devez pas l’utiliser lorsque vous ne souffrez pas d’une dépendance à la consommation du tabac. Il ne représente pas non plus un médicament. Bien évidemment, seules les personnes majeures peuvent s’en servir.

  • Le fonctionnement de la cigarette électronique ne repose pas sur la combustion. La vapeur générée lors de la vape ne contient aucune des 4000 substances toxiques ou cancérigènes présentes dans la fumée des sèches classiques. Avec l’e-cigarette, vous ne sentez plus le tabac. Vous retrouvez votre souffle et votre odorat. Les quintes de toux s’évanouissent aussi. Vous pourrez vous entrainer sans avoir la sensation d’étouffer. Selon le tabacologue Gérard Mathern, la vape est « 1000 fois » moins dangereuse que le tabac pour la santé.
  • Avec une cigarette électronique, vous reproduisez la gestuelle d’un fumeur. Elle vous garantit également le fameux hic. Vous pouvez également prendre librement la dose de nicotine souhaitée au début. Vous pourrez réduire cela progressivement pour devenir entièrement indépendant de cette substance.
  • L’e-cigarette vous permet d’économiser de l’argent comparativement à la consommation de tabac. Elle entraine une une baisse du budget consacré aux soins et à la santé.
  • La vapoteuse ne génère pas de mégots. Cela représente un important atout écologique. Ces éléments peuvent polluer l’eau. Ils se trouvent à l’origine de la majorité des incendies involontaires.

La cigarette électronique aide-t-elle réellement les fumeurs ?

Différentes études ont confirmé l’e-cigarette comme un outil d’aide au sevrage tabagique très efficace. Dès 2013, une étude supervisée par le professeur Chris Bullen a montré que 57 % des fumeurs qui avaient adopté la cigarette électronique avaient réussi à diviser par deux leur consommation de tabac. Après la compilation de différentes recherches, le réseau mondial Cochrane a officiellement indiqué que l’e-cigarette à base de nicotine augmentait les chances d’arrêter de fumer à long terme. Une récente étude du New England Journal of Medicine a révélé que la cigarette électronique était deux fois plus efficace que les autres substituts nicotiniques. Intervenue en 2019, elle avait porté sur 886 participants. Au niveau de l’Hexagone, Santé publique France avance que 700 000 Français ont réussi à arrêter de fumer grâce à l’e-cigarette. Ces statistiques se confirment à l’échelle européenne. L’Eurobaromètre prétend que le vapotage a sauvé 7,5 millions d’une mort certaine tandis que 9 millions de personnes ont réussi à baisser leur consommation de tabac grâce à cet outil révolutionnaire.

Aperçu sur la législation de la cigarette électronique

Une réglementation stricte encadre la production et la distribution des e-cigarettes. Vous devez vous conformer aux exigences en vigueur pour vapoter en toute quiétude. Leur violation vous expose à des sanctions comme des amendes ou des peines d’emprisonnement.

À partir de quel âge pouvez-vous vapoter ?

Seules les personnes majeures peuvent utiliser une cigarette électronique selon l’article 36 de la loi sur la consommation. Vous devez avoir obligatoirement 18 ans pour pouvoir acheter une e-cigarette et ses dérivés. Cela concerne aussi bien le matériel que les e-liquides nicotinés ou non. La réglementation interdit leur vente aux mineurs. L’État entend ainsi protéger la couche juvénile face aux incertitudes à long terme de cette solution. Cela évitera que les adolescents accèdent prématurément à la nicotine au risque de développer une dépendance. Cela s’apparente à une subtile sensibilisation du législateur sur le fait que l’e-cigarette ne doit pas devenir un effet de mode. Il doit rester un outil d’aide au sevrage tabagique. Sur chaque site, vous devez obligatoirement certifier sur l’honneur que vous avez atteint la majorité avant de pouvoir passer commande.

QU’EST-CE QUE LA TPD ?

Acronyme de « Tobacco Product Directive », la TPD désigne une directive européenne de 2014 qui réglementent la commercialisation du tabac et Les produits apparentés comme l’e-cigarette et les e-liquides. L’État français l’a transposée dans sa législation le 19 mai 2016 par l’ordonnance n° 2016-623. De nouvelles exigences encadrent le conditionnement et la distribution des accessoires de vapotage.

  • La contenance d’un flacon d’e-liquide nicotiné ne doit plus excéder 10 ml. Sa teneur en nicotine ne doit pas non plus excéder 20 mg/ml. Un dispositif de sûreté doit le protéger contre les bris et les fuites. Le mot « Tabac » ne doit plus figurer dans la dénomination des e-liquides. Les fabricants utilisent désormais le thème « Classic ». La loi fixe également la capacité maximale des réservoirs jetables et des cartouches préremplies d’e-liquide nicotiné à 2 ml.
  • L’emballage doit clairement indiquer en français la composition de l’e-liquide, sa teneur en nicotine, la quantité délivrée par dose et le numéro du lot. Un avertissement sanitaire doit préciser que la nicotine contenue dans l’e-liquide entraine une forte dépendance. Il doit également déconseiller son usage aux non-fumeurs. Une recommandation doit inviter les utilisateurs à déposer le produit hors de portée des enfants. Le fabricant doit aussi prévoir une notice avec les modes d’emploi et de stockage, les contre-indications, les avertissements, les effets de dépendance et de toxicité. Le flacon doit mentionner les coordonnées de l’importateur.
  • Les distributeurs d’e-liquides doivent notifier la mise sur le marché de leurs produits 6 mois avec la commercialisation de leurs marchandises. Leur dossier doit préciser la composition, les données toxicologiques des ingrédients et le processus de fabrication.

La loi prohibe formellement les propagandes et les publicités liées aux accessoires de vape.

Où s’abstenir d’utiliser sa cigarette électronique ?

Selon l’article L3512-6 du code de la santé publique entré en vigueur depuis le 1er octobre 2017, vous ne pouvez pas vapoter dans les établissements scolaires et dans les centres destinés à l’accueil, à l’hébergement ou à l’éducation des mineurs. Cette interdiction concerne également les moyens de transport collectifs fermés ainsi que les lieux de travail bouclés à usage commun. La loi s’applique à tous les e-cigarettes avec un e-liquide nicotiné ou non. Vous vous exposez à une amende de 2e classe si vous violez cette interdiction. Cela équivaut à 35 €. Ce dispositif ne concerne pas les établissements publics comme les bars, les restaurants ou les commerces. Toutefois, vous devez vous conformer aux exigences prévues par leur règlement intérieur dans ce cadre.

Comment vapoter en public ?

Vous devez adopter les comportements requis pour éviter d’importuner les non-fumeurs.

  • La courtoisie recommande de vous éloigner d’eux. Dans un endroit assez peu éclairé, réduisez la puissance de votre e-cigarette pour émettre moins de vapeur. Privilégiez un arôme doux et neutre pour ménager l’odorat des gens qui vous entourent.
  • Ne vapotez pas de manière à inciter les mineurs présents dans votre environnement à vous imiter.
  • Déplacez-vous dans des zones bien aérées pour permettre une évacuation rapide des vapeurs rejetées.

Pouvez acheter des e-cigarettes en ligne ?

La loi n’interdit pas l’acquisition de cigarette électronique et d’e-liquide sur le web. Vous pouvez faire expédier votre commande directement chez vous. La quasi-totalité des pays européens autorise cette pratique, à l’exception de la Belgique. Un arrêté Royal prohibe la vente à distance des accessoires de vape.

Pouvez-vous voyager avec votre e-cigarette ?

Vous pouvez prendre un avion avec votre cigarette électronique dans les bagages. Vous avez aussi la possibilité d’emporter avec vous jusqu’à 100 ml d’e-liquide. Vous devrez simplement les ranger dans un sac transparent avec un fermoir. Assurez que rien ne se trouve dans votre clearomiseur au moment de l’embarquement. Son contenu pourrait se volatiliser en quelques minutes en raison de la pressurisation de l’avion. Les compagnies aériennes interdisent d’envoyer une e-cigarette avec une batterie intégrée en soute. Elles n’autorisent que les mods et les boxs sans accus ainsi que les flacons d’e-liquides. N’hésitez pas à contacter le service clientèle de votre transporteur pour obtenir davantage de précision. Renseignez-vous aussi pour connaître les éventuelles restrictions du pays de destination pour éviter la confiscation de votre équipement et une amende, voire la prison.

Comment s’entretient une cigarette électronique ?

L’acquisition d’une e-cigarette représente un investissement rentable puisque le matériel peut s’utiliser pendant de nombreuses années. Prévoyez un étui de rangement pour le préserver les chocs. Nettoyez votre clearomiseur toutes les fois que vous changez d’e-liquide. Cela s’effectue avec de l’eau chaude et du papier absorbant. Évitez systématiquement de vaper avec un atomiseur vide. Cela pourrait endommager irrémédiablement certains composants.

  • Une e-cigarette pod n’exige que très peu d’entretien. Vous devez simplement recharger régulièrement sa batterie.
  • Les modèles tubes et boxs se manipulent très facilement. Lors du remplacement de la résistance, vous pouvez les démonter pour les rincer à l’eau claire. Profitez-en pour vérifier l’état d’usure des joints.
  • La recharge de la batterie doit intervenir impérativement en votre présence. Cela vous permet de la débrancher au bon moment pour limiter les risques de surchauffe et de dégradation des circuits internes.

Que faire si la cigarette électronique ne fonctionne pas ?

Ne paniquez surtout et ne cherchez pas à la démonter systématiquement. La démarche de vérification reste assez simple.

  • Assurez-vous que vous avez bien allumé votre équipement. Remettez-le en marche en cliquant 5 fois sur le bouton principal pour l’activation.
  • Contrôlez le niveau de la batterie en essayant de le recharger si le problème persiste.
  • Une autre astuce consiste à bien positionner l’atomiseur en contact avec la box. Vous pouvez aussi fixer correctement la résistance sur la base du clearomiseur. Si vous utilisez un atomiseur reconstructible, reprenez le montage.
  • En dernière option, changez ou refaites la résistance de votre e-cigarette.

Foires aux questions

Cette rubrique vous explique en des mots simples comme l’e-cigarette fonctionne et vous apporte des éclaircissements sur la supposée dangerosité de cet équipement

Présentation et manipulation de la vapoteuse

Retrouvez ici des réponses précises à toutes vos interrogations liées au fonctionnement de l’e-cigarette.

Qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

Une e-cigarette représente un équipement électronique susceptible de générer de la vapeur inhalable à partir du chauffage du liquide contenu dans son réservoir. Elle dispose d’un embout spécifique qui protège les lèvres de l’utilisateur. Le fonctionnement de cet appareil ne repose pas sur la combustion. Le vapoteur n’absorbe aucune substance toxique et cancérigène.

Quels sont les composants d’une cigarette électronique ?

Un e-cigarette comprend :

  • une batterie ;
  • un atomiseur constitué d’un réservoir et d’une résistance.

Cet équipement dispose également d’un embout spécifique et d’un système d’airflow réglable. Bien évidemment, vous devez y ajouter d’e-liquide pour que la vape devienne possible.

Qu’est-ce qu’une batterie d’e-cigarette ?

Ce matériel représente un accessoire de la cigarette électronique dont le rôle consiste à transférer du courant électrique à la résistance du cleaomiseur pour la chauffer afin qu’elle puisse générer de la vapeur. Vous devez la charger régulièrement pour renouveler son énergie.

Qu’est-ce qu’un clearomiseur d’e-cigarette ?

Également appelé atomiseur, il désigne la partie haute d’une cigarette électronique. Il comporte l’e-liquide et la résistance. La chaleur délivrée par la batterie chauffe ces deux éléments qui génèrent de la vapeur. Différents types de clearomiseurs existent. Ils peuvent permettre une inhalation directe ou indirecte.

Qu’est-ce qu’une résistance d’e-cigarette ?

La résistance représente un consommable indispensable au fonctionnement normal d’une cigarette électronique. Ses mèches imbibées d’e-liquide conduisent le courant électrique jusqu’au fil résistif pour la vaporisation. Différents types de résistances existent. Elles se démarquent par leur valeur exprimée en Ohm. Les débutants doivent privilégier un kit avec un Ohm proche de 1. Cela leur permettra de ressentir des sensations similaires à celles d’une cigarette classique.

Qu’est-ce qu’un e-liquide ?

Un e-liquide désigne une solution constituée de propylène glycol, de glycérine végétale, d’arômes et de nicotine. Il sert à remplir le clearomiseur. Il se transforme en vapeur au contact de la résistance chauffée. La proportion de ses éléments varie d’un produit à un autre.

À quelle fréquence s’utilise une e-cigarette ?

Tout dépend de votre profil de fumeur et des besoins de votre organisme en nicotine. Un débutant doit se servir de sa cigarette électronique autant qu’il le souhaite pour éviter de retomber dans la consommation du tabac. Ensuite, il pourra réduire son addiction au fil du temps. Écoutez les exigences de votre corps. Les gens ont beaucoup plus tendance à vapoter le matin que le soir. Aspirez la vapeur de manière douce et progressive. Marquez une petite pause entre les bouffées pour éviter toute surchauffe de la résistance de votre cigarette électronique.

Comment s’effectue le remplissage d’une e-cigarette ?

Cela dépend de la configuration de votre clearomiseurs.

  • Vous pouvez le faire par le haut après avoir dévissé le drip-tip et le top cap de l’atomiseur. Pour certains modèles, vous devez juste faire coulisser le top cap.
  • La recharge de l’e-liquide peut aussi intervenir par le bas. Dans ce cas, vous retournez le réservoir et dévissez sa base pour le remplissage.

Le versement doit s’effectuer par le bord. Gardez l’e-cigarette incliné tout au long de l’opération pour éviter que le liquide atteigne la cheminée du réservoir. À la fin, refermez la bague d’airflow. Vous devez attendre pour que les mèches de la résistance s’imbibent correctement avant de commencer la vape.

À quelle fréquence changer la batterie de l’e-cigarette ?

Les cycles de charge d’une batterie de cigarette électronique varient entre 300 et 500. Cet accessoire s’amortit donc assez vite si vous l’utilisez couramment. Il deviendra moins efficace au fil du temps. Cela affectera l’autonomie de votre équipement. Prévoyez donc une batterie de secours.

Comment se nettoie une e-cigarette ?

Vous devez régulièrement prendre soin de votre e-cigarette pour maintenir ses performances et pour l’utiliser durablement. La procédure reste assez simple.

  • Entretenez systématiquement le clearomiseur lors de la recharge en e-liquide ou du changement de la résistance. Concrètement, vous vous servez d’une toile en microfibre imbibée d’eau pour essuyer l’atomiseur ;
  • Vous exploitez une brosse à dents pour astiquer l’embout buccal ou drip-tip afin de retirer toutes les saletés.
  • Nettoyez aussi la batterie avec votre chiffon humidifié.
  • Enfin, vous remontez la résistance et tout le dispositif.

Les cigarettes électroniques et les accus se recyclent-ils ?

Bien évidemment, vous gérez ces accessoires de manière spécifique pour éviter qu’ils polluent les eaux et les sols.

  • Mettez au propre le clearomiseur défectueux avec de l’eau claire pour y éliminer toutes les traces d’e-liquide. Puis, vous le déposez dans un centre de collecte spécialisé proche de votre domicile.
  • Quant aux accus, vous les protégez avec du ruban adhésif pour prévenir tout dégazage. Cela s’applique au niveau des pôles. Ensuite, vous les acheminez dans les conteneurs prévus pour les piles.

Qui a inventé la cigarette électronique ?

La version actuelle de l’e-cigarette a été mise au point par le pharmacien chinois Hon Lik. Le dépôt du premier brevet d’un appareil électronique simulant une cigarette sans combustion remonte en 2005. Cela intervint en Chine. Le système de vaporisation de nos jours ne fut breveté qu’en 2009.

Dangerosité de la cigarette électronique : démêler le vrai du faux

De nombreuses rumeurs, idées reçues et fausses croyances circulent à propos de la cigarette électronique.

L’e-cigarette est-elle plus dangereuse que le tabac ?

Non. La fumée issue de la combustion de la cigarette classique contient plus de 4000 substances cancérigènes. Leur absorption expose les fumeurs à des maladies comme les cancers et les affections respiratoires. Cela provoque près de 75 000 morts annuellement. La vapeur de la cigarette électronique ne délivre aucun élément toxique. Pour l’Académie Nationale de Médecine, « il est établi que la vaporette est moins dangereuse que la cigarette ». Quant aux autorités sanitaires, elles estiment que « l’ecig est au minimum 95 % moins nocive que le tabac ».

Existe-t-il des incertitudes sur le contenu de l’e-cigarette ?

Non. Les e-liquides comportent essentiellement des substances connues comme le propylène glycol (PG) et la glycérine végétale (VG). Exploité dans l’univers alimentaire et pharmaceutique, le PG accentue l’effet des arômes et renforce le hit de la nicotine. Quant à la VG, elle accroît le volume de la vapeur générée. Elle ne présente aucune toxicité. Elle s’utilise au niveau de l’industrie alimentaire, pharmaceutique et cosmétique. À l’instar des arômes, la nicotine ne constitue pas une substance cancérigène en l’absence de combustion.

Le secteur de la cigarette électronique est-il réglementé ?

Oui. Au niveau européen, les États ont mis en place la Directive sur les produits du tabac. La France l’a transposé par l’Ordonnance du 19 mai 2016. Les dispositifs de ce texte encadrent strictement la fabrication et la distribution des accessoires de vapotage. L’e-liquide doit se présenter dans un flacon dont la contenance ne peut excéder 10 ml. Sa teneur en nicotine ne peut non dépasser 20 mg/ml. La loi précise également les mentions obligatoires qui doivent figurer sur le conditionnement. Elle indique aussi les formalités à accomplir pour mettre les produits de vape sur le marché.

La nicotine est-elle cancérigène ?

Non. Cette substance ne devient toxique qu’en cas de combustion. La fumée libère alors des éléments toxiques comme le monoxyde de carbone ou les goudrons susceptibles de générer des maladies respiratoires et des cancers. La vape de la nicotine ne présente aucun danger prouvé scientifiquement à l’heure actuelle.

L’e-cigarette peut-elle entrainer une dépendance ?

Oui. Une consommation récurrente de nicotine vous expose à ce risque. Cela explique pourquoi les non-fumeurs ne devraient pas essayer la cigarette électronique. Toutefois, cette dépendance se contrôle plus facilement que celle du tabac grâce à certains substituts comme les e-liquides CBD.

Le vapotage passif est-il aussi nuisible que le tabagisme passif ?

Non. La fumée de la cigarette classique contient plus de 4000 substances cancérigènes qui se répandent dans l’air. D’autres personnes pourraient les absorber. Un individu exposé de manière fréquente pourrait développer les mêmes symptômes qu’un fumeur. Le tabagisme passif entraine près de 5000 décès en France chaque année. La vapeur délivrée par l’e-cigarette ne comporte aucun élément toxique. Elle distille plutôt un arôme exquis. Très légère, elle s’évapore assez rapidement. Toutefois, les vapoteurs doivent s’éloigner des non-fumeurs pour éviter de les importuner.

Pouvez-vous associer le vapotage et le tabagisme sans risque sur la santé ?

Non. Les professionnels le déconseillent fortement. Vous devez complètement abandonner les cigarettes classiques pour renouer avec la pleine forme. Les maladies et les menaces de cancers subsisteront si vous continuez de vous empoisonner.

L’e-cigarette peut-elle entrainer des effets indésirables ?

Oui. Cela se traduit généralement par une sensation de sécheresse buccale et des irritations au niveau de la gorge. Un fort taux de nicotine peut aussi provoquer des maux de tête, des nausées ou des vertiges. Un hit trop puissant peut également déclencher des quintes de toux. Une bonne hydratation permet de calmer ces effets.

L’e-cigarette fait-elle grossir ?

Non. Aucune étude scientifique n’a fait de telles observations. Les sensations de manque tabagique peuvent augmenter votre appétit. À force de manger en excès, vous vous exposez à une prise de poids. Cela ne peut s’expliquer par l’usage de la cigarette électronique.

L’e-cigarette jaunit-elle les dents ?

Non. Vos dents redeviennent plutôt progressivement blanches lorsque vous stoppez la consommation du tabac.

L’e-cigarette convient-elle aux femmes enceintes ?

Non. Cela les expose à des risques comme la fausse couche, une grossesse utérine, un accouchement prématuré, etc. Cela pourra certainement affecter aussi le fœtus. Arrêtez donc systématiquement avec la cigarette électronique lorsque vous tombez enceinte et pendant toute la période de l’allaitement.

L’e-cigarette est-elle conseillée aux non-fumeurs ?

Non. Ces personnes pourraient développer une addiction physiologique à force de s’habituer à la gestuelle. Le risque de dépendance à la nicotine reste assez élevé. Par ailleurs, la science n’a pas encore cerné les effets de la vape sur le long terme. N’utilisez pas de cigarette électronique par effet de mode.

L’e-cigarette représente-t-elle un médicament ?

Non. Cet équipement constitue exclusivement un outil d’aide au sevrage tabagique. Les médecins et les pharmaciens ne peuvent d’ailleurs pas en prescrire. Il s’apparente à un produit de consommation courante.

Une e-cigarette peut-elle exploser sans raison ?

Non. Les batteries de ces matériels se conçoivent avec la même rigueur que celles des smartphones et des ordinateurs portatifs. Ce risque n’existe pas tant que vous les utilisez conformément aux recommandations du fabricant. La prudence s’impose plutôt avec les accus. Vous devez respecter des mesures de précautions prévues par leurs distributeurs pour éviter tout incident fâcheux.