LA CIGARETTE ELECTRONIQUE ? QU’EST CE QUE C’EST ?

La cigarette électronique est un dispositif électrique destiné à remplacer la cigarette. Il fonctionne avec un système d’émission de vapeur parfumé par un e-liquide lorsque le vapoteur tire sur le bec. Ce dispositif peut contenir de la nicotine, ou non c’est à la guise de son utilisateur.

La cigarette électronique est aussi appelée vapoteuse vu qu’elle émet de la vapeur au lieu de la combustion de feuilles et de goudron habituellement présents dans les cigarettes ordinaires.

La cigarette électronique fut d’abord initiée par l’Américain Herbert A. Gilbert comme une alternative à la cigarette ordinaire. Il dépose un brevet de la cigarette sans fumée et sans tabac, qui fut approuvé et publié en 1985 dans le « United States Patent ans Trademark Office ». L’objet principal de cette invention fut bien-sûr de trouver une alternative à la cigarette traditionnelle contenant du tabac et qui est très nocive pour la santé de l’utilisateur.

C’est dans cette même initiative, que 40 ans après le Chinois Hin Link continue sur cette avancée technologique pour créer la cigarette sans fumée à pulvérisation électronique composée d’un atomiseur, contenant de la nicotine mais pas de goudron. Mais il y eut un problème dans le coût élevé de sa fabrication posant problème, mais cela marqua la naissance de la vapoteuse.

La cigarette électronique est aujourd’hui disponible sous différents aspects, avec ou sans nicotine, avec un large panel d’e-liquide parfumé selon votre goût. L’e-liquide est la substance qui diffuse l’arôme de la vapoteuse. Il n’est pas inépuisable, c’est-à-dire qu’une fois à sec de liquide il faut penser à s’acheter une nouvelle recharge.

En somme, la cigarette électronique est un dispositif qui génère de la vapeur à aspirer, rechargeable avec un e-liquide à des goûts variables. Elle représente une alternative à ceux qui désirent arrêter la cigarette traditionnelle.

 

LA CIGARETTE ELECTRONIQUE, COMMENT CA MARCHE ?

Plusieurs questions peuvent maintenant nous venir en tête sur l’utilisation et le fonctionnement de la cigarette électronique. Pour répondre à certaines questions qui pourraient se montrer essentielles pour vous orienter et tenter de mieux comprendre le fonctionnement de la cigarette électronique nous allons vous expliquer quelque peu sur le dispositif électromécanique d’inhalation de vapeur.

  • SES COMPOSANTS ET SON ASPECT VISUEL

On ne peut coller une étiquette fixe à ce que devrait ressembler exactement la vapoteuse. Elle peut se présenter sous plusieurs aspects selon sa génération. N’empêche, la cigarette électronique est généralement constituée :

 

  • D’un drip tip qui est le bec par lequel l’utilisateur aspirera la fumée ;
  • D’un réservoir dans lequel est contenu l’e-liquide contenant du propylène glycol, du glycérol, des arômes alimentaires et éventuellement de la nicotine
  • D’une résistance composant de l’atomiseur qui va vaporiser le liquide transformer en vapeur
  • D’une base
  • D’un Switch qui est un bouton sur lequel on effectue une longue pression lorsqu’on aspire la vapeur
  • D’une batterie qui alimentera l’atomiseur

Dans une cigarette électronique l’atomiseur et le réservoir sont souvent conçus sur le même ensemble vu leur interdépendance, l’atomiseur puise dans le liquide pour pouvoir diffuser de la vapeur et le liquide ne peut être diffusé sans atomiseur. L’atomiseur est la partie qui chauffe le liquide pour permettre de diffuser de la vapeur.

La batterie est constituée de plusieurs composants tels qu’un ou plusieurs accumulateurs actuellement presque dotés exclusivement de la technologie lithium-ion dans un bloc. Elle est aussi équipée (la batterie) d’un module électronique de régulation et de protection. Si la batterie est démontable, on parle de mod.

« VAPOTER » ? C’EST QUOI ?

Ce terme a fait son apparition dans le dictionnaire français au titre de l’année 2015. Ce terme courant signifie l’action de tirer sur un embout de cigarette électronique tout en appuyant sur un bouton, de la vapeur produite par ce même dispositif. C’est un phénomène qui a commencé à se répandre au cours de l’année 2014 qui a trouvé un effet escompté sur sa principale clientèle cible étant les fumeurs. Le vapotage est un terme et une habitude qui s’est répandu grâce à l’implantation de plusieurs boutiques spécialisées dans la vente de             l’e-cigarette qui a créé une multitude d’adeptes à l’heure actuelle.

Le vapotage est la meilleure alternative pour lutter contre le tabagisme, mieux que les patchs pour arrêter de fumer et les autres méthodes déjà existantes. Vapoter est un geste qui pourra sur le long terme se répandre de plus en plus jusqu’à peut-être faire disparaître la cigarette traditionnelle horizon 2100. Vapoter, la nouvelle tendance dont chaque fumeur devrait songer à s’y mettre.

LE HIT

C’est un terme qui revient souvent lorsqu’on parle de cigarette électronique. Ce mot à résonnance anglo-saxonne n’en dit pas beaucoup aux Anglais et il est assez confus pour nous francophones. Pour aider les personnes qui souhaiteraient s’initier au vapotage et qui recherchent la maîtrise des mots clés tels que celui-ci très important, nous allons vous détaillez ce qu’il en est.

CARACTERISTIQUES DU HIT

Le hit est caractérisé comme ce petit coincement dans la gorge lors de la première bouffée de cigarette prise.

Dans la cigarette électronique ce hit est délivré par l’e-liquide, permettant au fumeur de cigarettes traditionnelles de retrouver dans ce tout nouveau dispositif qu’est la vapoteuse ce sentiment de gêne dans la gorge agréable pour les fumeurs. La cigarette électronique tente le plus possible de reproduire les mêmes effets de la cigarette normale pour que les nouveaux vapoteurs tombent sous le charme et adoptent une nouvelle cigarette qui sera non seulement moins chère mais aussi moins nocive pour leur santé.

-        CE QUI PROVOQUE LE HIT DANS LA CIGARETTE ELECTRONIQUE

Le hit dans la cigarette électronique est présent grâce à la nicotine contenue dans son liquide. Dans la cigarette électronique il y a certaines variantes où l’on peut trouver de la nicotine dans l’e-liquide. Et c’est cette présence de nicotine qui fait ce picotement dans la gorge que recherche tant chaque fumeur. Néanmoins, certains liquides sans nicotine provoquent aussi ce picotement.

-        LA SENSATION DE HIT RECHERCHEE DANS LA E-CIG

Bien que la cigarette électronique tente d’imiter tant bien que mal les sensations de hit d’une vraie cigarette. La plupart des utilisateurs ne retrouvent pas ce picotement qu’ils recherchent même avec des arômes relevés tel que la menthe par exemple qui devrait bien faire ressentir la nicotine, mais en vain.

Les utilisateurs décidés à changer de train de vie et cesser d’aspirer la tonne de composants toxiques présents dans la cigarette normale se résignent à mettre un terme à leur relation avec le hit. Dans la quête d’une solution leur permettant d’améliorer leur santé, ils sacrifient leur envie et leur addiction au hit.

LE CHOIX DE LA CIGARETTE ELECTRONIQUE QUI NOUS CONVIENT

Nous savons tous les ravages que peut provoquer la cigarette sur notre organisme. Des cancers du poumon au cancer de la gorge, cela n’est pas très jouissif pour les fumeurs. De ce fait, grâce à l’évolution des nouvelles technologies, on a peut-être trouvé une alternative à la cigarette bourrée de nicotine et de goudron nocif pour la santé.

La cigarette électronique est créée pour limiter la consommation de cigarette ordinaire nocive pour la santé du fumeur, mais aussi pour celle de son entourage. Elle ne représente donc pas seulement une menace pour le fumeur mais aussi pour son entourage, sa famille et même ses collègues. C’est donc la santé publique qui est mise en jeu de par l’émission de la fumée de cigarette.

Le défi est maintenant de bien choisir sa cigarette électronique car avec les différentes variantes proposées à l’heure actuelle, il est difficile de faire son choix et de s’y retrouver. Nous allons donc dans cet article tenter de vous orienter sur le choix de la cigarette adaptée à votre train de consommation.

On distingue trois catégories de fumeurs :

  • Fumeur occasionnel cette catégorie de fumeurs n’est pas dépendante à la cigarette. Le fumeur occasionnel consomme moins d’une dizaine de cigarettes par jour. La plupart du temps ces fumeurs n’ont recours à la nicotine que pour style ou pour accompagner leurs verres lors de soirées. Néanmoins, en accumulant les soirées et les occasions, cela peut revenir à beaucoup de cigarettes consommées et s’avèrera pas immédiatement, mais avec le temps nocif pour la santé du consommateur.

La cigarette en elle-même consommer à grande ou petite quantité, représente un danger pour la santé. Car on a pu voir que même pour l’entourage il est nuisible et donc pour le consommateur même s’il ne fume pas régulièrement mais de temps en temps ce sera quand-même très mauvais pour la santé. La cigarette électronique est à recommander aussi à cette catégorie de fumeurs. Vapoter est maintenant devenu tendance, et pour ceux qui fument juste pour frimer et paraître « cool », la vapoteuse sera votre meilleur allié dans ce cas. En plus d’être tendance, l’e-cigarette est moins voir quasiment pas nocive pour la santé.

Elle contient uniquement de la nicotine mais pas de goudron. De plus, la fumée aspirer est de la vapeur avec de différents parfums que l’on peut changer à sa guise parmi une multitude de choix : à la menthe, au café ou même encore à la fraise. Une manière d’inciter encore plus les fumeurs à opter pour cette cigarette électronique à la pointe de la technologie. Nous n’irons pas jusqu’à dire que c’est bon pour la santé, mais tout de même, vapoter reste largement moins dangereux que fumer une simple cigarette.

 

  • Fumeur modéré on va parler ici de la seconde catégorie de fumeurs, les fumeurs modérés. C’est la catégorie de consommateurs de cigarettes qui en fument entre une dizaine à une vingtaine par jour. A partir de ce niveau de consommation, ces derniers peuvent être classés dans la catégorie de fumeurs dépendants. Ils ne peuvent se passer de griller une petite cigarette plus de quelques heures sinon le manque de nicotine se fera immédiatement ressentir.

C’est la nicotine contenue dans les cigarettes qui créée la dépendance chez les consommateurs. Et donc, lutter contre cette dépendance est un peu plus complexe ici car dans la première catégorie de fumeurs que l’on a pu voir précédemment. Il n’y a pas présence de dépendance mais on essayait juste de trouver une alternative à leur besoin passager de tirer quelques tafs. Ici le rôle de la cigarette électronique est de trouver une autre façon de passer cette envie de fumer par la vapoteuse.

Aussi, on a pu voir que c’est moins nocif pour la santé dans l’optique où l’e-cigarette ne contient pas de goudron et donc moins de combustible qui détérioreront la santé et du fumeur, et de son entourage. Passer à la cigarette électronique s’avère donc nécessaire pour éviter les problèmes que pourront engendrer la consommation assez élevée en cigarettes du fumeur. La vapeur contenue dans la cigarette électronique n’aura pas d’effets dommageables au long terme sur la santé du vapoteur et de son entourage, qui sera mieux pour la santé de tout un chacun en ne négligeant pas le besoin de nicotine de son utilisateur par la cigarette électronique qui en contient. De plus, la cigarette électronique pourra vous faire économiser sur votre budget tabac en réduisant conséquemment votre budget qui y est consacré.

 

  • Fumeur invétéré ce sont les adeptes de la cigarette qui en consomme plus d’une vingtaine par jour. Cette catégorie de fumeurs passe la majeure partie de leur journée avec une cigarette au bec. Ils sont les plus exposés aux risques du cancer et autres maladies liées à la consommation excessive de tabac. La cigarette électronique est ici aussi une alternative pour ces infatigables fumeurs. C’est dans leur portefeuille que la différence se fera énormément sentir avec la quantité de cigarettes qu’ils consomment leur facture à la fin du mois ou même à la fin de semaine doit être astronomique. La cigarette électronique permettra de diviser au minimum par 5 leurs dépenses. Mais après, cette catégorie de fumeurs ont énormément moins de chances d’arrêter de fumer. Et ils ne retrouvent pas toujours la même sensation avec la cigarette électronique. On la leur conseille mais peu d’entre eux abandonnent totalement la cigarette ordinaire pour la vapoteuse.

 

LE MATERIEL ADEQUAT POUR TOUT TYPES DE FUMEURS

Si vous n’avez jamais touché à la cigarette et tenter de commencer par l’e-cigarette on le déconseille vivement. La vapoteuse n’est pas commercialisée pour créer une nouvelle gamme de consommateurs mais pour que les fumeurs classés dans la catégorie précédente, abandonnent leur cigarette traditionnelle.

La cigarette que le consommateur ira choisir doit être en raccord avec sa consommation habituelle. C'est-à-dire que pour un fumeur infatigable, il doit envisager d’acheter une vapoteuse possédant une batterie avec une grande autonomie indiquée par le nombre de mAh qu’elle a, lui permettant de tenir toute la journée. Mais aussi, avoir un réservoir qui ne se vide pas facilement pour éviter d’aller régulièrement devoir recharger sa e-cig.

Il faut aussi choisir un modèle de cigarette se rapprochant vraiment de ce dont on a l’habitude de fumer pour que le changement ne soit pas trop brusque. Aussi, pour que la transition entre cigarette traditionnelle et vapoteuse soit plus aisée.

 

LES OBJECTIFS DU VAPOTEUR

Le premier objectif du nouvel adepte de la cigarette électronique est bien-sûr de la remplacer par sa cigarette traditionnelle. Mais cela n’est pas une mince affaire, c’est pourquoi nous avons préalablement avancé des façons de pouvoir progressivement faire la transition, tout cela en gardant le geste et l’habitude de fumer.

Après cette transition vers la cigarette électronique le nouvel objectif est ensuite de totalement arrêter de fumer. Ce cas pourrait plus se produire pour les fumeurs modérés qui bien qu’ils en consomment beaucoup n’y sont pas dépendant et pourront donc peu à peu presque facilement se détacher de la cigarette ordinaire déjà mais aussi de la vapoteuse. Mais aussi, réduire considérablement les dépenses du fumeur.

 

UNE MULTITUDE DE FORMES DE L’E-CIGARETTE

La cigarette électronique fut préalablement commercialisée avec la « Cigalike » qui imite totalement la forme d’une cigarette ordinaire. Ce type d’e-cig est à éviter pour tous ceux désirant de vraiment vouloir arrêter de fumer car en reproduisant son aspect, elle n’aidera pas à se détacher de la cigarette originale. Voila pourquoi des modèles nouveaux ont été créés tels que :

  • Le format tube discrète, légère et en forme de tube elle s’adaptera parfaitement à votre poche ou votre sac à main. Possédant une batterie qui dure et rechargeable par USB, le format tube offre une variété de e-liquide compatible avec son clearomiseur. Vous n’aurez comme souci que la résistance qui est à changer régulièrement
  • Le format box de l’anglais « box » qui veut dire boîte est comme son nom l’indique, en forme de boîte. Il a une forme rectangulaire, et assez encombrant ; il ne peut pas se placer n’importe où. Il est rechargeable par piles et possède donc une assez grande autonomie et permet d’atteindre des puissances de vapotage assez élevées.
  • Le format Pod est la toute dernière génération d’e-cigarette. Sa spécificité est surtout la présence de nicotine dans son e-liquide et sa faible consommation de batterie avec un liquide ne se vapant pas à grande puissance. Il existe des pods rechargeables en e-liquide et ceux pré-remplis.
  •  

L’E-LIQUIDE AVEC OU SANS NICOTINE ?

Déjà que le choix de la cigarette électronique adéquate est importante, l’e-liquide l’est encore plus. Car oui, c’est l’e-liquide qui déterminera la fréquence à laquelle vous allez commencer la vapoteuse et comment faire pour y renoncer définitivement.

Pour un fumeur il est conseillé d’introduire un dosage en nicotine dans son e-liquide. Le sevrage direct en se privant de cette nicotine aura des effets néfastes sur le comportement et la santé du fumeur.

Néanmoins, la nicotine seule contenue dans le liquide n’est pas suffisante même avec un dosage très élevé. Il est donc conseillé de combiner la cigarette électronique avec un patch de nicotine pour optimiser les chances d’abandonner la cigarette traditionnelle.

Quant à la quantité de nicotine présente, elle ira à la guise du consommateur de baisser progressivement sa présence dans liquide pour y renoncer finalement et reprendre le train de vie sain d’un non fumeur.

 

LES IMPACTS DE LA CIGARETTE ELECTRONIQUE SUR LA SANTE

Comme toutes inventions de l’homme, l’e-cig possède des inconvénients mais aussi des avantages. L’objet sera ici de voir comment l’organisme humain réagit face à ce dispositif innovant censé remplacer la cigarette traditionnelle. La cigarette électronique est bien conçue pour que le fumeur s’éloigne des composants très toxiques de la cigarette ordinaire nocive pour la santé du fumeur. Mais voyons aussi si la cigarette électronique elle aussi a des effets néfastes sur la santé du vapoteur.

 

LA CIGARETTE ELECTRONIQUE REND-ELLE DEPENDANTE ?

La cigarette électronique a été conçue pour que les consommateurs de la cigarette traditionnelle abandonnent leur dépendance à celle-ci.

Donc la remplacer par un dispositif, certes moins nocif pour la santé mais qui rend lui tout aussi accro fait fausse route dans sa quête de se préoccuper de la santé des fumeurs.

La cigarette électronique ne rend pas accro et ne provoque aucune dépendance. Elle a été créée pour imiter seulement les aspects de la cigarette ordinaire mais tout cela en limitant les dégâts qu’elle peut avoir sur notre santé. Vu que qu’elle ne représente pas l’exact type de ce que le fumeur recherche, s’y accrocher est difficile si l’on peut dire car il ne trouvera pas ce qu’il avait l’habitude de ressentir lorsqu’il fumait une cigarette ordinaire, on parle bien ici du hit. Du fait que la cigarette électronique ne représente pas ce que le fumeur recherche, en devenir accro n’est donc pas envisageable. Créée pour imiter et stopper l’envie de griller une cigarette par le fumeur, l’e-cigarette fera donc seulement un effet placebo pour soulager la dépendance et la nécessité ressentie par l’addiction que possède le fumeur. Il s’en délaissera donc après quelques temps lorsqu’il commencera à baisser sa dose de nicotine dans l’e-liquide jusqu’à réduire sa fréquence à laquelle il vapote pour finalement abandonner la cigarette traditionnelle mais aussi électronique.

Et les statistiques parlent quant à ces dires, selon le Baromètre Santé INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) 2015, seuls 9 % des utilisateurs de la vapoteuse n’y ont pas renoncé après une année. Pourcentage qui marque bien que l’e-cigarette peu de personnes continuent à l’utiliser après avoir commencé. De plus, le tabacologue Dr Guillaumin, évoque le fait que : « Le plaisir immédiat avec la cigarette électronique n’est pas le même qu’avec le tabac et la rapidité d’absorption de la nicotine est moins élevée, on risque donc moins de devenir accro ».

Nous avons donc vu par rapport à ces faits que le risque de dépendance à la cigarette se montre très faible voir quasiment nul pour les vapoteurs.

 

L’E-CIGARETTE EST-ELLE LE MEILLEUR MOYEN POUR ARRÊTER DE FUMER

Avec son idée de commencer à fumer pour arrêter de fumer, la vapoteuse recueil un franc succès auprès de ses utilisateurs. La cigarette électronique a directement fait baisser le taux de fumeurs lorsqu’on a constaté que selon un article paru dans la revue d’études Cochrane que tout de même un fumeur sur dix a arrêté de fumer en l’espace d’un an et qu’un tiers des fumeurs, à savoir 36%, ont réussi à réduire de moitié leur consommation.

On voit ici tout l’intérêt et l’importance de la cigarette électronique. Grâce à ces chiffres on peut dire que son inventeur à réussi son pari de faire baisser et voir même stopper la consommation de cigarette ordinaire et de fumée tout court sur le long terme. On peut voir que cette technologie a aussi réussi à faire augmenter le niveau de vie et faire baisser considérablement les dégâts que provoqueront le tabac sur l’organisme des fumeurs et de leur entourage exposé à la fumée du tabac.

De plus elle se montre presque aussi efficace que les patchs délivrant de la nicotine quand des études annoncent que ces patchs obtiennent entre 7 à 15% de succès en moyenne.

La cigarette électronique peut donc facilement se poser au rang des solutions pour arrêter de fumer, et même bientôt peut-être ou même déjà la meilleure solution pour arrêter de fumer.

 

LES ARÔMES D’E-LIQUIDE QU’IL FAUT EVITER

Avec sa large gamme de parfums d’e-liquide, la question vient à se poser s’il y en a certains d’entre eux qui sont à éviter. C’est le parfum que l’on choisit qui nous pousse à quitter le tabac pour l’e-cig. Le choix du parfum est donc aussi primordial pour le passage à la cigarette électronique, il faut trouver le parfum qui nous donne envie de passer à autre chose que le tabac. On avait parlé du parfum menthe ou poivré et qui faisait plus ressentir la nicotine présente (s’il y a lieu) dans la vapoteuse.

A part ces arômes il y en a aussi d’autres auxquels certaines personnes sont allergiques. C’est le cas de l’arôme cacahuète par exemple qui pourrait provoquer des réactions allergiques chez le vapoteur allergique à l’arachide. Certes, ce n’est qu’un arôme synthétisé et on n’y retrouve normalement aucune trace de cacahuète par exemple ici, et les réactions allergiques sont très rares.

Avec les différents composants de l’e-liquide que l’on a pu voir précédemment aussi cela peut provoquer chez certaines personnes des réactions allergiques, donc si l’on se sait allergique à la cacahuète comme on l’a pu voir, il est de préférence de ne pas choisir cet arôme. Il se peut aussi que vous ne fassiez pas une réaction allergique à l’arôme mais plutôt au propylène glycol provoquant une irritation des voies respiratoires. Dans ce cas il vaut mieux changer de produit et opter pour un e-liquide où le propylène glycol est remplacé par de la glycérine végétale.

Pour éviter toutes réactions allergiques et bien choisir l’e-liquide qui vous conviendra, nous vous conseillons de consulter les normes Afnor adoptées par la France qui garantissent la qualité des e-cigarettes et des e-liquides. Cela vous permettra de vous y retrouver et bien être confiant sur le produit dont vous vous procurez.

 

LE TABAC ET LA VAPOTEUSE FONT-ILS BON MELANGE ?

En optant pour la cigarette électronique on cherche à s’éloigner peu à peu du tabac. Passer immédiatement du tabac à la cigarette électronique n’est pas aussi facile pour le fumeur. La plupart du temps ils combinent cigarette ordinaire avec e-cig. La combinaison des deux n’est pas plus nocive que le tabac seul car le cas d’overdose de nicotine est sans risque. N’empêche que, en combinant le tabac avec la cigarette électronique, il aura moins de chances de pouvoir un jour arrêter la cigarette ordinaire.

Ce mélange n’est pas plus toxique que ça, mais pour une personne qui a une véritable intention de passer à la vapoteuse, il est préférable de ne pas les mélanger.

 

 

COMMENT SE PORTE LA LEGISLATION SUR LE VAPOTAGE ?

Avec un million et demi de vapoteurs en France entre 15 et 75 ans une législation vigueur sur la cigarette électronique se devait de voir le jour. C’est pour cette raison qu’en 2017 une réforme sur l’interdiction du vapotage sur les lieux de travail vit le jour.

INTERDICTION DE VAPOTER DANS CERTAINS LIEUX

Depuis le 1er octobre 2017 le vapotage est interdit sur les lieux de travail, et les employeurs doivent faire savoir explicitement à leurs employés l’existence de cette interdiction de vapoter sur les lieux de travail à l’aide de panneaux signalisation.

De telles mesures ont été prises pour ne pas banaliser l’utilisation de la cigarette tant traditionnelle déjà et maintenant électronique. Fumer est mal et la cigarette électronique a été justement conçue pour que les fumeurs passent à la vapoteuse pour ensuite y renoncer finalement. Mais en donnant l’autorisation de vapoter sur les lieux publics ou de réunion de personnes, cela fer a passer le message qu’il est « bien » de vapoter alors que l’e-cig est elle aussi mauvaise pour la santé même si elle l’est moins que le tabac.

L’interdiction de vapoter dans les lieux publics est édictée par le Décret n°2017-633 du 25 avril 2017 relatif aux conditions d’application de l’interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif et par la Loi santé du 26 janvier 2016, transposé dans le code de la santé publique. Cette législation condamne le vapotage dans :

  • Les établissements scolaires
  • Les moyens de transports collectifs fermés
  • Les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif

POSER UNE SIGNALISATION POUR MARQUER L’INTERDICTION DE VAPOTAGE DANS UN LIEU

La législation en vigueur relative aux conditions d’application et de l’interdiction de vapoter dans certains lieux à usage collectif, oblige une signalisation rappelant l’interdiction de vapoter et les conditions d’application dans l’enceinte de ces ères non vapoteurs.

 

QUELLES PEINES PEUT-ON ENCOURIR POUR VIOLATION DE CETTE LOI ?

Qui dit loi qui règlemente une action, parle aussi de sanctions possibles pour ceux qui viendraient enfreindre les lois. Le Décret du 25 avril 2017 a prévu dans son contenu des amendes infligées en cas de non respect de l’interdiction du vapotage dans les lieux où ils sont prohibés, puni d’une amende forfaitaire de 35 à 150€ et de l’obligation d’affichage de cette interdiction de la cigarette électronique punie d’une amende allant de 68 à 450€.

 

LES POINTS POSITIFS ET LES POINTS NEGATIFS DE L’E-CIGARETTE PAR RAPPORT A LA CIGARETTE ORDINAIRE

Les points positifs :

  • La cigarette électronique contient énormément moins de substances dangereuses par rapport à la cigarette normale avec ses 40.000 substances nocives pour la santé du fumeur.
  • Les vapoteurs ressentent moins de problèmes respiratoires que les fumeurs de tabac. Les adeptes de la e-cig sont donc moins essoufflés, ressentent moins la sensation de cheminée dans la gorge et se débarrassent de leur haleine de fumeur.
  • Les dépenses qu’ils auront en passant à la vapoteuse allègera énormément la trésorerie des désormais anciens fumeurs. Ils n’auront pas à débourser systématiquement pour acheter un paquet de cigarette car avec la e-cig, ils n’auront qu’à remplir le réservoir d’e-liquide pas très fréquemment.
  • Fini l’odeur de tabac que possède le fumeur de cigarettes. Avec la e-cig il pourra se débarrasser de cette odeur désagréable pour son entourage.

Les points négatifs :

  • Avec un tel dispositif électronique, l’entretien n’est pas à délaisser et il faut donc bien s’organiser lors de réparations qui seront nécessaires
  • La vapeur de la cigarette électronique dessèche la bouche et la gorge, pour pallier à ce gène il faudra pour le vapoteur penser à boire beaucoup d’eau
  • Lorsque viendra le moment où il faudra changer d’e-liquide, cela pourrait s’avérer dangereux pour les débutants qui ne maîtrisent pas encore ce dispositif. De plus, les intoxications liées à la nicotine sont souvent fatales en cas d’indigestion.
  • Pour ceux qui ne s’y connaissent pas en technologie l’utilisation sera donc un petit problème lorsqu’on sait qu’il faut la recharger, penser à changer de batterie presque tous les deux mois et aussi avec le changement d’e-liquide.

En somme, la cigarette électronique peut devenir l’allié numéro 1 des fumeurs de tabac désireux d’arrêter. La vapoteuse se positionne comme le leader de marché pour ce qu’il concerne l’arrêt du tabac pour les grands fumeurs. Nous avons pu aussi vanter les mérites de l’e-cigarette en ce qu’elle soit beaucoup moins nocive pour la santé de son utilisateur. Mais aussi, avec son idée de fumer pour arrêter de fumer, les fumeurs s’y sont facilement prêter à l’idée et s’est trouvée beaucoup plus fructifiant que le sevrage immédiat de cigarettes ordinaires et même par rapport aux patchs.

Elle a été commercialisée dans le but principal de faire arrêter les ravages que peut provoquer le tabac chez les fumeurs qu’ils soient fumeurs invétérés ou occasionnels. Dans cette optique ils ont fait usage des technologies déjà présentes pour créer un modèle de cigarette électronique à la portée de tous.

Ce modèle de cigarettes a remporté un franc succès lorsqu’elle a permis à plusieurs fumeurs d’arrêter le tabac, de ressentir moins de problèmes de santé par rapport à lorsqu’ils en consommaient et aussi à baisser considérablement les dépenses dans leur portefeuille.

La cigarette électronique a pu recueillir déjà 1,5 millions de consommateurs en France ; une législation a donc été mise en place spécialement pour limiter les endroits dans lesquels il serait interdit de vapoter. Législation qui a été entrée en vigueur et a prohibé le vapotage dans les lieux publics tels que les lieux de travail, les établissements scolaires ou autres.

La cigarette est bien-sûr moins nocive mais la clientèle ciblée par ce dispositif n’est pas de créer de nouveaux fumeurs, mais de faire baisser justement le taux de fumeurs et non faire baisser le taux d’adeptes du tabac à fumer pour faire augmenter le taux de vapoteurs. C’est un dispositif pour supprimer et amoindrir le besoin en nicotine des ex tabagistes. Raison pour laquelle il ne faut pas banaliser l’e-cigarette et donc l’interdire dans les lieux de rassemblement collectif pour éviter de mettre en tête à des jeunes de se mettre à vapoter. Mais aussi parce que la fumée, même si ce n’est maintenant que de la vapeur, est dérangeante.

La cigarette électronique a biens-sûr quelques inconvénients tels que le fait qu’il faut s’adapter aux nouvelles technologies et être à l’aise avec ces dernières pour pouvoir utiliser la cigarette électronique en son usage optimal. Mais aussi, il faut bien se renseigner sur le modèle de cigarette électronique qui nous convient pour ne pas tomber dans le faux et faire des dépenses inutiles avec un dispositif qui n’est pas en raccord avec nos besoins. Il en est aussi de même pour l’e-liquide qui est aussi à surveiller pour ne pas tomber sur des produits dont nous sommes allergiques et des composants de ce liquide qui provoqueront eux aussi des allergies sur notre organisme affectant de ce fait notre santé.

Mais la cigarette électronique reste un outil de choix et pour ne pas dire l’une des inventions révolutionnaires du 21ème siècle (même si le premier modèle apparu dans les années 60). Un dispositif qui, sur le long terme permettra de faire baisser le taux de fumeurs dans le monde et contribuer à l’amélioration de la santé publique et baisser le taux de mortalité chez les fumeurs.